Crèche associative : comment monter une structure petite enfance ?


Un guide complet qui décrit les démarches pour créer une crèche associative
Crèche associative : comment monter une structure petite enfance ?

Peut-être avez-vous des enfants en bas âge et avez constaté le manque évident de place en crèche dans votre commune. Si vous avez l'âme d'un chef de projet, du temps à donner et si l'univers de la petite enfance vous passionne, lancez-vous dans la création et l'ouverture d'une crèche associative !

Pour vous guider, voici quelques pistes concrètes de réflexion et des explications sur les démarches à effectuer.


Il existe aujourd'hui en France une certaine liberté quant à la possibilité de créer une structure d'accueil petite enfance associative :
avec de l'organisation, le goût des chiffres, de la patience et beaucoup d'énergie, n'importe qui peut se lancer !
Nul besoin d'être diplômé de la petite enfance pour cela, tant que vous ne travaillez pas directement auprès des enfants. Il faut cependant être prudent et avoir pris soin au préalable de monter une structure juridique de type « association loi 1901» et d'avoir eu le feu vert des administrations concernées par votre projet local.

Une association de Loi 1901 est aisée à constituer. Il vous suffit d'être au minimum deux « fondateurs » et de déposer des statuts à la Préfecture. Nous vous conseillons de trouver un binôme motivé pour s'engager dans cette aventure bénévole. Un projet d'ouverture de crèche prend en effet entre 2 et 5 ans avant de voir les premiers enfants envahir les locaux !

Les statuts doivent être simples et ne pas trop rentrer dans les détails. Ne vous enfermez pas dans des contraintes qui pourront ensuite s'avérer bloquantes. Si besoin, vous aurez plus tard tout le loisir de les modifier.

C'est maintenant avec un projet écrit et argumenté que vous devez aller rencontrer vos futurs partenaires financiers locaux. Votre dossier doit expliquer la genèse du projet, les besoins évalués de la zone géographique choisie, le type d'accueil proposé (régulier, occasionnel, les deux), le nombre d'enfant accueillis, le profil des preneurs de place (entreprise, commune, association) et il doit préciser également s'il s'agit d'une micro-crèche, d'un multi-accueil, d'une crèche collective ou d'une crèche inter-entreprises. L'idéal ensuite est de rédiger une ébauche de projet éducatif et pédagogique, propre à votre structure en devenir.

Savez-vous qui sont vos partenaires et pourquoi vous devez les contacter ? Tout d'abord il y a la CAF de votre département : c'est l'organisme principal qui va pouvoir vous accompagner tout au long de votre travail, vous donner des informations sur les besoins en garde d'enfant sur le territoire, valider avec vous le lieu d'implantation idéal de votre crèche et vous soutenir dans l'élaboration de vos budgets prévisionnels. Lorsque votre structure sera ouverte, c'est via la Prestation de Service Unique (PSU) que la CAF financera une partie des places, cela deviendra votre financeur principal.

Bien sûr il faut ensuite se tourner vers la commune d'implantation prévue de votre crèche : elle peut être intéressée pour réserver des places au profit de ses habitants, participer au financement ou vous mettre à disposition un local. Rencontrez aussi les entreprises situées à proximité de votre future structure, elles sont parfois en capacité de subventionner des places pour les enfants de leurs salariés.

Le troisième partenaire est le Conseil Départemental (Service Enfance et PMI) : même s'il ne finance pas directement votre structure, c'est lui qui a le dernier mot pour valider ou non l'ouverture de la crèche. Il vérifie le respect de toutes les normes en vigueur : la superficie de votre local, l'accessibilité et la réglementation incendie (ERP), l'espace cuisine(HACCP), la restauration si elle est « autonome », les projets pédagogique et éducatif, la composition de votre équipe professionnelle, le taux d'encadrement, etc.... Le nombre de places est un critère décisif pour définir quels professionnels doivent être présents auprès des enfants et quels diplômes ils doivent avoir. Et prenez garde, en tant que gestionnaire bénévole de votre crèche associative, vous êtes « employeur ». Vous êtes donc dans l'obligation d'appliquer la Convention Collective ALISFA » en vigueur pour calculer les salaires et organiser les temps de travail.

Si tout cela est en ordre, la PMI vous délivre alors l'indispensable et précieux sésame : l'autorisation d'ouverture. Vous voilà gestionnaire d'une crèche associative, une nouvelle aventure commence !

 Publié le 13 octobre 2017
RÉAGISSEZ, COMMENTEZ, PARTAGEZ !



Professionnels

Professionnels

Le site qui est dédié à 100% à l'univers des crèches dans toutes leurs formes et à l'univers de la petite enfance. Un lieu de rencontre entre les jeunes parents et les professionnels

FERMER